Check list

 

L'INDISPENSABLE NEWSLETTER DES PRATICIENS BIEN ASSURÉS

 

N°23

 

14 DÉCEMBRE 2017
3 QUESTIONS À...

 

Jérémy Cognault exerce à la clinique du Parc à Lyon. Hors du bloc, il est trésorier du Collège des Jeunes Orthopédistes (CJO) et co-dirige également un groupe de travail pour accompagner les jeunes ortho' sur la réforme du 3e cycle, rencontre.

1. La réforme du 3e cycle, c'est un sujet qui fâche ?
En 2009 ont eu lieu les balbutiements de la réforme par l'intermédiaire de la CNIPI (Commission Nationale de l'Internat et du Post-Internat). L'objectif de départ était de moderniser l'internat pour s'adapter à une augmentation croissante du numerus clausus qui allait nécessairement demander la création de nouveaux postes d'internes et autant de formateurs. Comme tout cela a un coût, il a fallu penser à désengorger l'internat et cela passait par une réforme.

Donc, le but initial à peine caché était économique. Pour mettre en place cette réforme, il a été envisagé d'une part de réduire la durée de l'internat d'un an (en passant de 5 à 4 années, car il s'agissait d'une durée d'internat déjà employée dans le passé, et a priori valable) et d'autre part, de réduire la durée du post-internat de deux à une année. Ce sont pourtant deux années extrêmement formatrices et précieuses pour nous jeunes chirurgiens mais ce n'est pas ça le cœur du problème.

Là où la réforme est pernicieuse c'est que dans ces 4 ans d'internat, la dernière prévoit un rôle de "super-interne", en gros c'est un poste d'assistant mais payé comme un interne (soit un ratio de 1 à 2 et demi). Cette astuce permet de conserver les 2 années de formations en autonomie auxquelles nous tenons, mais en en diminuant le coût. Notons également que l'assistanat débute donc artificiellement après 3 ans d'internat contre 5 à l'heure actuelle. Autre point, quand on ne fait qu'une seule année de post-internat on ne peut pas avoir accès au secteur 2 car il faut deux années.

Donc le débat selon moi porte sur l'accès au secteur 2 et sur la rémunération du "super-interne" parce que vouloir faire encore des économies sur le dos des internes ça devient un peu pénible. Un assistant hospitalier qui opère environ 400 à 500 patients par an et qui fait environ 5000 consultations par an, génère en moyenne pour l'hôpital un chiffre d'affaire de 300K€ à 400K€ selon le mode de calcul des points ICR mais il est payé 45 000€ l'année pour 60 à 80 heures/semaine !
BRANCHET DANS VOTRE VILLE
Le truck fait une pause pour les fêtes ! Rendez-vous en 2018 sur les routes de France !
+ de dates

Faites venir le camion dans votre clinique

BREAKING NEWS
La cartographie des risques Branchet 2017 vient de sortir : Les résultats mettent en évidence un engagement clair des praticiens libéraux en faveur de la pratique en groupe et l'investissement en gestion des risques qui semblent impacter favorablement sécurité des soins et de la qualité de l'acte médical.

L'étude FondApro a démontré que les jeunes avaient des attentes et des codes très différents de ceux de leurs ainés. C'est pourquoi Branchet et Asspro viennent de créer Asspro jeunes.

Vous trouverez toutes ces informations en suivant ce lien.
CABINET BRANCHET
35, avenue du Granier 38240 MEYLAN
T +33 (0)4 76 18 13 00 - F +33 (0)4 76 18 13 08
contact@cabinetbranchet.fr
www.cabinetbranchet.fr
SAS au capital de 38 000 € - RCS Grenoble 443 093 364 - ORIAS 07 029 059 - www.orias.fr
Asspro
Asspro conseil
Asspro Scientifique

3 questions à Jérémy Cognault sur la réforme du 3ème cycle

Jérémy Cognault exerce à la clinique du Parc à Lyon. Hors du bloc, il est trésorier du Collège des Jeunes Orthopédistes (CJO) et co-dirige également un groupe de travail pour accompagner les jeunes ortho’ sur la réforme du 3e cycle. Rencontre.

Lire la suite...