Check list

 

L'INDISPENSABLE NEWSLETTER DES PRATICIENS BIEN ASSURÉS

 

N°26

 

7 FÉVRIER 2018
LE CAS JURIDIQUE

 

Dans le cas juridique qui suit, Dr.V est assigné par le patient M.R atteint d'une infection nosocomiale suite à l'opération d'une prothèse de genou pour gonarthrose ayant entraîné une exacerbation inflammatoire. Dans le dossier d'anesthésie du patient, pas de trace d'antibioprophylaxie car l'antiobiogramme du germe en cause montrait qu'il n'était pas sensible à la pénicilline et donc probablement pas à la céphalosporine de troisième génération utilisée. Pourtant, en première instance, si les experts concluent en la responsabilité de l'établissement, le chirurgien est également condamné pour avoir commis une faute entraînant une perte de chance de 65% d'éviter la survenue de l'affection en raison du défaut d'antibioprophylaxie. Face à cette injustice, une seule réponse : faire appel.

Retour sur les faits avec Me Marie Belloc, en charge de l'affaire.
BREAKING NEWS
« Quand je serai grand, je serai chir' plastique ! »

C'est en tout cas la spé number 1 des internes aux derniers ECN. À la deuxième place du podium, arrive l'ophtalmologie, les maladies infectieuses et tropicales occupent la troisième place. Et la médecine du travail ferme la marche du classement annuel des CHU et des spécialités. Une enquête réalisée par What's up doc, le magazine des jeunes médecins.
CABINET BRANCHET
35, avenue du Granier 38240 MEYLAN
T +33 (0)4 76 18 13 00 - F +33 (0)4 76 18 13 08
contact@cabinetbranchet.fr
www.cabinetbranchet.fr
SAS au capital de 38 000 € - RCS Grenoble 443 093 364 - ORIAS 07 029 059 - www.orias.fr
Asspro
Asspro conseil
Asspro Scientifique

Antibioprophylaxie : une question de forme mais également de fond !

Cas juridique : Antibioprophylaxie, une question de forme mais également de fond, par Me Marie BELLOC, spécialiste en Droit de la Santé

Lire la suite...